poème d’un habitant

Ici et maintenant je rêve d’un monde aux couleurs arc-en-ciel ou les derniers

Seraient les premiers

Où il ne serait pas nécessaire de naître riche et puissant pour exister

Où l’on pourrait s’aimer sans se présenter :

« Qu’est- ce que vous faites dans la vie combien vous gagnez… ? »

Où l’on ne perdrait plus sa vie à la gagner

Où des millions de Mozart en herbe grandiraient dans les cités

Où des fleurs rouge vif pousseraient sous les pavés

Où nous vivrions un éternel mois de mai

Ce monde-là je l’ai rêvé

Il n’est pas le fruit d’une croyance de baptisés ou d’initiés

Il est le fruit du combat des exploités

Ni utopie ni idéal, ni paradis, ce monde-là s’inscrit dans le tangible et la réalité

Il a déjà existé dans le passé

Il est l’horizon rouge de tous les opprimés

 

                                               Christian C.

Publicités

Une réflexion au sujet de « poème d’un habitant »

  1. Merci Christian!
    Rêver : un remède contre la tristesse,
    Lutter : une arme contre la détresse,
    Rimer : un chemin vers la sagesse…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s