Jardin Levat

Le jardin Levat est ouvert au public

Dans le quartier de la Belle de mai, ce vaste espace naturel, ceinturé d’un mur de pierres et parsemé d’arbres fruitiers, de buissons et de roseaux, s’étend des bords de la Friche Belle-de-Mai jusqu’aux archives municipales de la rue Clovis Hugues. L’entrée est au 52 rue Levat (3e).

Le monastère des victimes du sacré-cœur de Jésus et son jardin étaient occupés depuis 1843 par une congrégation religieuse. Les sœurs ont déménagé en 2016 et ont libéré d’un seul coup un site comprenant 17 000 m2 d’espaces verts qui ont été acquis par la mairie de Marseille dans la perspective du projet urbain « Quartiers Libres Saint-Charles Belle-de-Mai ».
La gestion temporaire du site a été confiée pour trois ans à l’association artistique »Juxtapoz ».

Le jardin Levat est ouvert au public depuis l’été 2017:

Horaires d’ouverture

Tous les mercredis de 12h à 19h.
Deux dimanches par mois de 12h à 18h :
– les dimanches 6 et 20 mai

A partir du 13 juin 2018 jusqu’au 13 octobre 2018:

Tous les mercredis de 12h à 23h
Les vendredis, samedis et dimanches de 12h à 20h

Les enfants de moins de 13 ans non accompagnés d’un adulte ne sont pas autorisés.
L’accès aux chiens est interdit.

Suivre l’actualité du jardin Levat

 

Publicités

POINTS DE VUES

POINTS DE VUES MANIFESTES – Caffo / Belle de Mai
une proposition d’habitants et d’artistes de la Belle de mai
décembre 2017

Dans le cadre de la concertation autour de Quartiers Libres, il y a eu du dialogue, il y a eu des propositions urbaines, des propositions de transformations.
Dans le cadre de Quartiers Libres, il y a eu le réveil aussi de la vision de la Belle de Mai comme élément central de la ville, comme elle a pu être hier, comment elle pourrait être demain et comment elle est aujourd’hui, « Plus Belle la Belle », comme disent les brouettes.
Dans le cadre de Quartiers Libres, il y a eu aussi des habitants qui se sont dit : « il faudrait montrer qu’à la Belle de Mai : il y a des atouts à valoriser, des manques à combler et que la maîtrise d’usage revient à tous les habitants ».

L’approche sensible par la photo semblait le bon moyen pour montrer ce que nous voyons de notre quartier et ce que nous voulons en transmettre, à tous les acteurs du projet, à nos voisins et à tous ceux qui participent à la vie de la Belle de Mai.

Un groupe d’habitants s’est donc saisi de la question et a monté un évènement, autour des points de vues, réalisé par :
– les habitants qui ont ouvert portes et fenêtres pour faire don de leurs points de vues.
– deux photographes du quartier, Arnaud Du Boitesselin et Nicolas Guyot.
– un atelier sténopé en petit groupe.
– des structures locales qui ont appuyé la démarche (le Gyptis, la paroisse qui a offert le point de vue depuis le clocher, le collectif Brouettes et cie).
– le fonds de participation des habitants (Conseil Citoyen du 3) qui a financé le matériel.

Cet évènement vient s’inscrire dans une démarche qui a été initiée par d’autres projets de réappropriation de l’image et de l’imaginaire du quartier.
Après Héros de Marseille, la Télé Participative, Plus Belle la Belle, le Pique nique du jardin Levat… « Points de vues » propose une fenêtre ouverte dans les deux sens.

Un immeuble, trois façades, une traverse, la Place Caffo et la Rue de la Belle de Mai, un parcours tournant, un échange des points de vues des résidents.
C’est tout l’esprit de la Belle de Mai qui s’expose dans ces photos.

Les photos d’Arnaud nous invitent à regarder à la fois de l’intérieur vers l’extérieur et de l’extérieur vers l’intérieur, de haut en bas et de bas en haut.
Les sténopés ajoutent une dimension différente. C’est une technique qui demande peu de moyens, mais beaucoup d’implication, de l’envie, du temps et de la parole.
Le regard s’affranchit de la technologie pour revenir d’abord à l’humain.

L’ouverture des points de vues proposés ici, à travers l’œil professionnel du photographe et à travers l’aspect primitif du sténopé se veut le reflet de la boite noire de nos désirs d’habitants et de citoyens.

Ce diaporama nécessite JavaScript.